“La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir.”
Dans ce nouveau livre, la romancière se raconte à travers le personnage d’une étudiante bruxelloise. Les aérostats sont des aéronefs dont la sustentation est due à un gaz plus léger que l’air. Elle nous emmène pour la première fois dans son pays natal. Ange, 19 ans “mène une vie assez banale” et étudie la philologie. Après avoir répondu à une petite annonce, elle donne des cours de littérature à Pie, un lycéen de 16 ans dyslexique.

Les aérostats offrent différents points de vue sur la richesse de la lecture et les différentes interprétations possibles entre chaque lecteur qui lisent le même ouvrage. C’est un hommage vibrant à la lecture. Lire c’est être libre, libre d’interpréter, libre de choisir, libre de s’évader. Cette liberté Pie, le héros en est privé. Il est prisonnier au sens propre comme au figuré. Ange sera la clef qui ouvrira les portes de l’appartement familial et celles de sa prison intérieure.

Le style d’Amélie Nothomb : une économie de mots, elle va droit au but. Elle embarque son lecteur à une vitesse folle et le précipite dans une intrigue toujours aussi surprenante, réjouissante et addictive.

Pour être tout à fait honnête et malgré un indéniable talent d’écriture, j’ai longtemps eu envers les romans de l’auteure quelques réticences : je restais sur ma fin. Et puis “une passeuse est passée”, une inconditionnelle d’Amélie… Et aujourd’hui, je lis ses romans avec un regard neuf, plus libre, sans jugement, me laissant portée tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *